canut

canut

18.12.12

Alain Bashung "Figure Imposée"


Hi Music Lovers,

C'est un spécial request de l'ami Rondo.

Je vais la faire courte. On en a beaucoup raconté  à propos de cet album et surtout des conneries. Le seul truc désastreux c'est que l'album sonnait super mat, un son presque étouffé comme surchargé de loudness. Babash a expliqué par la suite, qu'il avait voulu enregistrer avec un nouveau magnéto numérique mais que personne n'avait su maîtriser cette technologie. Un véritable sabotage studio. Ceci dit, la réédition CD a gommé  cet affront technologique et redonne à l'oeuvre toute sa dimension. Il n'en demeure pas moins que cet album est maudit et c'est pour cette raison que je l'aime.

C'est la dernière participation au complet du line up historique "KGDD". Pour avoir vu les lascars sur scène à plusieurs reprises ( notamment au Casino de Paris sur la tournée Play Blessures en février 83) je peux vous dire que ça tournait méchamment. Manfred Kovacic dit "Le prince de Clichy" aux claviers, François Delage à la basse, Philippe Dray à la batterie et le démoniaque Olie Guindon aux guitares.

Pardonnez moi ma distraction
Il faisait chaud, j'ai joui
Pas vous ?

320 kbps



11 commentaires:

Jimmy Jimmereeno a dit…

Je l'aime beaucoup également. C'est l'époque ou Bashung répétait au Studio Parisien et j'ai souvent croisé ses musiciens, mais, lui, je ne l'ai jamais vu qu'à travers le hublot!
Jimmy
P.S. : cela fait deux fois que je t'adresse un post scriptum sur mes Thema, mais sans doute n'as-tu plus envie de les écouter depuis que tu as démissionné. Ce n'est pas grave, j'ai appris que la vie était dure!

Marius Perlimpinpin a dit…

Tout est si calme ce soir
Puis-je être ému ?

Reconnaissance éternelle .
Merci

LRRooster a dit…

Hi Music Lovers,
Inutile de vous préciser que vous avez ici l'album dans sa version originale et non la version tronquée de la première édition CD amputée de "Lou Ravi" et des "Nuits Halloween".

Rondelptik a dit…

@LRRooster : "Royal au bar !", comme tu dis;-). Merci pour la request. J'ai chargé, et vais écouter. Il est peut-être maudit aussi parce qu'il est dans l'ombre de celui avec Gainsbourg à la production et que c'est ce dernier qui imposait sa figure;-) D'autant que c'est pas son côté le plus commercial, à Bashung. Y en a peut-être qui s'attendait à ce qu'il revienne à son style genre Gaby et qui voulaient voir Play Blessure juste comme une erreur de parcours, pas qu'il pense à remettre le couvert. Enfin, j'en sais rien, je suivais pas à l'époque, j'écoutais Anne Sylvestre ;-).

LRRooster a dit…

Non Play Blessures n'était pas et heureusement aussi une erreur de parcours !
"J'dédie cette angoisse à un chanteur disparu
Mort de soif dans le désert de Gaby "

On ne peut pas faire plus autobiographique !

Ceci étant il y a beaucoup à dire sur la production de Play Blessures, on y reviendra si tu veux, mais je ne pense pas que Gainsbourg ait imposé quoique ce soit, en tous cas pas dans l'écriture des textes car ça a été vraiment une collaboration ultra réciproque entre les deux artistes. Comme avec Bergmann auparavant et d'autres après (Jean Fauque notamment) Et puis comme très souvent là cette époque avec Babash, l'écriture des textes se faisait une fois la musique mise en boîte.


Rondelptik a dit…

Non, ce que je voulais dire, c'est que le gars le plus connu, c'était Gainsbourg, il avait une lourde discographie derrière lui. Y en a qui ont du se pencher sur cet album essentiellement pour ça. Même par la suite, on revient sur Play Blessure plus facilement, étant donné que c'est étiqueté chef-d'oeuvre et bonne colaboration de Gainsbourg. Figure Imposée n'avait et n'a pas cette "pub". Je parlais pas sur un plan artistique, vu que Play Blessure, ça ressemble à du Bashung, et pas à du Alain qui chante Gainsbourg.
Je savais pas qu'ils faisaient les textes après, par contre.

Rondelptik a dit…

@Marius & LRRooster : j'ai refait une petite compile au sens classique, beaucoup moins ambitieuse et perfectioniste que La Ronde Elliptique. Pas de concept de double-album digital comme Vénus & Luna et leur mélange en Mirage Du Rivage. Pas de thème, non plus. Juste que ça fait une heure (à une ou 2 secondes près), avec de la musique qui me plait. Pour si vous avez une heure à perdre pendant la fin du monde. Ou pour Noël, si le père Noël, il en réchappe aussi.
Je l'ai appelée Heure Où Des Airs Heurtent Les Songes, qui peut se lire "Heure où des erreurs te laissent song...eur". Et puis c'est un détournement de "Deserter's Songs",dans les sonorités du titre.
Je vous mets pas la tracklist, vous le découvrirez si vous écoutez, y a pas de titre en commun avec La Ronde Elliptique. C'est à prendre comme la cerise sur le gâteau, ou pour donner la mesure aux 4h du Mirage. C'est censé être plus aérien, plus calme, plus rêveur. Mais c'est pas de l'ambient. J'espère que ça s'écoute d'une traite.
Heure Où Des Airs Heurtent Les Songes (R.)

LRRooster a dit…

Merci Rondo, ru es toujours le bienvenue dans ces colonnes. Je vais charger.
Au fait c'était quand la fin du monde ? 'Tain les mayas devaient pas cracher sur le peyolt.

LRRooster a dit…

@ Rondo : ah ça commence bien avec du DAli en front cover ! Les fameuses montres molles.
Je reviens plus tard pour le contenu

LRRooster a dit…

Comme tous les matins (celui ci a de particulier qu'il est peut être le dernier du monde) j'ai pris mon métro à la Porte d'Orléans en écoutante la dernière production de l'ami Rondo.
Peu d'attente avant le départ de la rame qui s'est fait sur "The Likes of you". Je suis descendu à Denfert Rochereau à la fin de "Mysteries" pour rejoindre la 6. "In the Dream", "Batteri Generator", "Goddess on a Hiway"(ah ouais !)ont bercé mon trajet jusqu'à la station Bercy où j'ai quitté le métro sur "Beneath the leaves" pour rattraper le bus 24. J'ai longé la Seine (là où ses berges ne sont pas les plus belles) jusqu'à Charenton (cité improbable) sur "Babies on the sun"et suis arrivé à destination avec le "Poor Boy, minor Key".
Tu sais quoi Rondo ?
J'avais envie que ça continue.

Rondelptik a dit…

Hi LRRooster : et bien tu auras la suite pour le retour ! T'es quasi au milieu;-) Ca finit sur The Do, si les mayas viennent pas nous mettre une catastrophe sur le dos.
Je l'ai faite à cause des oubliés de La Ronde Elliptique, et puis c'est aussi un genre de musique qu'on retrouve pas trop dans cette dernière, parce que je me voyais mal tenir sur la durée avec ça. C'est plutôt en appesanteur. Une heure, c'est bien, quitte à la réécouter. Mais la musique en elle-même s'évade toute seule du support, donc pas besoin de rajouter un concept compliqué par dessus. C'est un bonus, un contre-point.
Je trouve que ça allait bien, le Dali, avec. Ici, c'est plus un disque comme celui qu'on emmènerait sur l'île déserte...ou dans son bunker;-)
Content que ça te plaise.
R.