canut

canut

13.1.13

CADILLAC RECORDS "Le film"


Hi Music Lovers,

Voici venu le temps de mettre un terme à cette belle semaine passée à Chicago.  Après le son, c'est une histoire en image que je vous propose, à travers le film "Cadillac Records" qui nous raconte l'ascension  et la chute de Leonard Chess, le fondateur du mythique label Chess Records, qui avait lancé la carrière des grands du blues et du rhythm & blues.
Film passionnant, qui nous plonge dans toute une époque, aux cotés de Muddy Waters, Little Walter, Etta James, Chuck Berry et tant d'autres.

A toute bonne fin, il faut un digne épilogue et je voudrais donc vous signaler sur le blog de notre excellent confrère Exystence, la présence du dernier album de Ben Harper "Get Up !" enregistré en compagnie de Charlie Musselwhite, une autre grande légende, et bien vivante cette fois, du blues de Chicago. C'est ci-dessous :
http://www.similarsites.com/goto/exystence.net

Format mpeg à lire sous vlc. Home made en Vostf. A signaler au tout début du film, un arrêt sur image de quelques secondes, qui ne nuit en rien à la qualité de ce post, croyez moi !


20 commentaires:

Anonyme a dit…

Génial ton bouquet final Little Red Rooster ! A voir bien évidemment la série Blues de Scorcese et autres sur le Blues .

RANX ZE VOX a dit…

Très chouette film, série B, certes, mais de qualité.

Hugo

devant a dit…

Voili j'ai tout pris!!

LRRooster a dit…

@ Ranx : C'est quoi une série B ? pour moi il n'y a que deux genres de cinéma, celui de qualité et le mauvais. Et heureusement que la qualité d'un film ne dépend pas uniquement de son budget. Il y a eu des films ultra bien produit avec des budget de misère et des grosses daubes engendrées à coup de millions. Des exemples ? non je n'en donnerai pas, mais c'est comme en musique du reste.

RANX ZE VOX a dit…

J'entends par série B un film attachant mais auquel manque la touche de génie, voire simplement de talent qui le hisserait à un autre niveau. Un manque de personnalité dans la réalisation si tu veux.
Le budget n'a rien à voir là dedans.
Hugo

Jimmy Jimmereeno a dit…

Hi Rooster,
Feu d'artifice final! Je ne connais pas du tout ce film, mais j'ai hâte de le regarder - la vie du père Leonard, tu parles!
Maintenant, j'attends avec impatience la semaine britone.
Merci pour toutes ces belles choses.

LRRooster a dit…

@ Ranx : Pour moi la série B désigne le film à faible budget tant dans sa réalisation que dans sa promotion et distribution. La qualité du film n'a rien à y voir. Il faut savoir qu'à l'origine ces films dits de série B étaient souvent projetés par 2 lors d'une séance. C'était très en vogue aux US dans les 50's.
Ceci étant ton point de vue est juste au sujet de ce film au sujet de sa réalisation qui manque de personnalité je suis bien ok avec toi. Dommage, car le casting est impeccable.

LRRooster a dit…

Ok JImmy, je pense que tu ne sera pas déçu. Sinon pour la semaine British blues c'est bien noté, mais je vais souffler un peu là !

Everett W. Gilles a dit…

Hello.
Je ne suis pas un grand spécialiste de ce blues "ethnologique" pour lequel j'ai un peu de mal sur la durée mais les posts de la semaine étaient fameux, mention spéciale à Elmore James.
J'attends de voir le fin avec impatience et vous adresse un grand merci !!
En attendant, tapi dans l'ombre, j'attends l'occasion de glisser une petite peau de banane empoisonnée ...
EWG

Fr@nKeIn$OuNd a dit…

je l'ai vu il y a deux trois ans c'est vraiment un très bon film très fidèle aux faits réels et non une vision hollywoodienne.
Les acteurs jouent juste ce qui fait souvent defaut à ce genre de biographie.

Le cabinet des rugosités a dit…

J'aime bien aussi ce genre de films, un peu téléfilm c'est vrai, mais qui se laissent regarder, comme le "Grace of my heart" sur Carole king, ou celui sur les Beach Boys etc...

Marius Perlimpinpin a dit…

je vais le regarder ce soir tranquillou à la maiz au chaud
grand merci pour la semaine Chicago.
Marius

LRRooster a dit…


@ Marius : et après le film tu t'écoutes un bon vieux Little Walter.
C'est sûr qu'une semaine à Chicago c'est plus groovy qu'une semaine à Clermont Ferrand !

Marius Perlimpinpin a dit…

le Little Walter je l'écoute en boucle depuis 2 jours , et le Rip vinyl est parfait . pas trop long, compliqué de Ripé de la galette? tu as une platine USB et le logiciel ?

Jimmy Jimmereeno a dit…

Souffler un peu? J'en connais un qui va se préparer tranquillou son Grand Jeu, oui!

LRRooster a dit…

@ Marius, En fait c'est un pote qui fait ça. Il a le matos en effet. Mais pour la petite histoire, c'est moi qui lui avait offert les albums, Little Walter, le Otis Rush et aussi un Buddy Guy "Hold that Plane" dégotés chez Paris Jazz Corner - une référence en la matière.

Marius Perlimpinpin a dit…

suis ravi, histoire émouvante, une fin bien blues au coin d'une rue...
& ok avec fr@nkelnSOUND sur le jeux des acteurs
Clap clap Rooster.

funkyrocky a dit…

Allo, tous d'abord merci pour partager ce film. Si je le l'ai trouvé pas terrible, ça me regarde, mais deux points à souligner quand même en public.

-Howlin' Wolf qui mesure 1,70m et qui a une petite voix quand il parle.

-La musique qui n'est pas l'originale, c'est comme réduire howlin' wolf de 40cm.

Sinon j'ai adoré le film consacré aux Temptations, à l'occasion je peux me debrouillé pour faire un partage, si bien sur, ça vous branche

Anonyme a dit…

Tout d'abord un grand merci pour le film, cela nous permet de se retrouver dans une certaine époque pas si lointaine que ça mais mythique quand même.

Un autre grand merci pour les partages, c'est un sacré boulot et ça permet de découvrir pleins de trucs.

Le film sur les temptations m'interesserait beaucoup merci.

Pascal Georges a dit…

A propos de ce film.
Il y a deux ans je l'ai fait projeter lors d'une semaine musiques actuelles au Conservatoire.
Il a été admiré et adoré par les ados qui se sont tous par la suite inscrits à l'atelier blues...
Comme quoi.
Le débat qui s'en suivit avait été génial car eux découvraient les sources de cette musique qui est partout dans ce qu'ils jouent et aiment et ce d'AC/DC à Alicia Keys... (les deux extrêmes récurrentes des ados).
Aussi comme cette musique est universelle et merveilleusement présentée dans ce Cadillac Records, le choix pour mettre sur la table le pain du Blues avait été évident avec ce film.
Puis je l'ai passé à une collègue prof de classique et elle s'est de suite procuré l'intégrale d'Etta...
Comme quoi, non seulement ce film est bien fait, touchant, mais en plus plus ils suscite l'intérêt pour creuser plus avant vers la musique.
Rien de superficiel ici...
Juste l'histoire improbable et incroyable d'une musique qui est au cœur de nous tous et qui aura marqué de façon indélébile avec seulement trois accords, tout le XXe siècle.
Si ça c'est pas la vraie revanche d'un peuple !...
Merci.